Mes réflexions : L'identité

Article publié le : 14/10/2018 à 17:00 dans Humeur

Après lecture du livre d'Amin Maalouf "Les identités meurtrières" où il construit une réflexion sur le besoin d'appartenance collective, et où il interroge le lecteur sur cette notion d'identité, je me suis dis qu'un article dessus serait pas mal, surtout à l'heure où les débats sur cette notion sont présents dans les médias chaque semaine. 

5bc3506f06781405709046.jpg

L'IDENTITE, C'EST QUOI ?

Dans le livre d'Amin Maalouf, on peut définir l'identité en une phrase citée dans le texte "Mon identité, c'est ce qui fait que je ne suis identique à aucun autre". Notre nom, notre couleur, notre nationalité, notre religion... Toutes ces caractéristiques qui nous constitue, qui constitue qui on est, reprèsente notre identité. La subtilité de la chose, et ce qui fait qu'un problème finit par se poser dans le monde entier, c'est qu'on a tendance à "hiérarchiser" ces caractéristiques. De sorte à mettre par exemple l'appartenance à une origine au dessus de celle concernant notre nationalité, etc. Et cette hiérarchie, comme le montre Amin Maalouf dans son livre a travers divers exemples, peut varier avec le temps, l'ordre de priorité change selon les différents moments de nos vies.

"Vers 1980, cet homme aurait proclamé : "Je suis yougoslave !" Fièrement, et sans état d'âme [...] Le même homme, rencontré douze ans plus tard, quand la guerre battait son plein, aurait répondu spontanément, et avec vigueur : "Je suis musulman !". [...] Il aurait aussitôt ajouté qu'il était bosniaque, et n'aurait guère apprécié qu'on lui rappelât qu'il s'affirmait naguère fièrement yougoslave."

Donc, l'identité, c'est ce qui fait que nous sommes "nous", ce qui nous définit et nous différencie de quelqu'un d'autre. On peut avoir certains points communs avec d'autre personnes, certaines caractèristiques qui se rejoignent, mais l'association de toutes nos caractéristiques l'une après l'autre, si l'on les adittionne au détail, fait au final que personne ne nous ressemble avec exactitude.

INSTROSPECTION : MON IDENTITE A MOI...

Quand on lit ce genre de livres, forcément on se pousse à réflechir et à se questionner sur le sujet. Amin Maalouf l'excécute à la perfection dans le livre, et en voyant ça je me suis demandé : par quoi aujourd'hui je me définis ? Est ce qu'avec le temps cette "hiérarchie" dont l'auteur parle s'est modifié dans mon cas ?

what is identity

Je suis dans le cas de ce que l'auteur appelle à un moment du livre "une identité plus complexe" et donc me retrouve "marginalisé".

Je suis née, est ai passé toute ma vie en France. Mes parents, eux également, sont nés en France, de parents algériens. Ils sont très tôt retournés vivre en Algérie (années 70/80, "prend 10 000 balles et casse toi", vous vous rappelez ?), pour ne revenir qu'une vingtaine d'années plus tard. A la maison, ça parlait donc autant français qu'arabe. En grandissant, je savais pertinement que j'étais d'origine étrangère, bien que née ici. On le sait sans trop y faire attention, on le remarque en voyant que nos prénoms ont une consonnance différente, ou qu'on est un peu plus matte de peau.

A l'adolescence, phénomène qui nous ai sûrement famillier à tous, j'ai eu ce besoin d'affirmer mon appartenance à l'Algérie. Drapeau accroché dans ma chambre, maillot de l'Algérie à chacun de mes cours de sport, besoin d'apprendre plus sur son histoire, sur sa culture... Je pense qu'on est tous passé par ce moment.

A l'heure actuelle, je remarque que bien que je sois très attachée à la culture algérienne, à son histoire, je n'ai plus ce besoin de le hurler sur tous les toits. En revanche, une autre caractéristique que j'affrime à présent, c'est le fait d'être musulmane, d'être voilée, et d'avoir ce droit tout en vivant en France.

passeport algérie france

La France, venons en... Comme dit plus haut, je suis née ici, j'ai cotoyé l'école française, connait parfaitement la langue, et même son hymne national. Pourtant, du plus loin que je me souvienne, je n'ai jamais ressentie une grande détermination à me définir en tant que française. Tout simplement parce qu'en me voyant, la République se bute à l'hostillité et l'incompréhension. Si dans la rue, on me pose la questiion et que je répond que "je suis française", on me regardera toujours avec insistance en me disant "nan mais, t'as compris...". Bah oui, il faut bien se dire qu'avec un foulard sur la tête de grands yeux en amande et une peau plus mate que la norme, très peu crédible pour beaucoup de s'affirmer française. 

Après avoir été révoltée, parfois m'être retrouvé en conflits en pleine rue en disant que j'avais le droit d'être là, avec ou sans mon appartenance religieuse, j'ai fini par me faire une raison. On le voit partout dans le pays, de nombreuses personnes jouent le jeu de l'intégration à fond pour se faire accepter, quitte à rayer ce qu'ils sont. De grandes polémiques (comme celles entre Eric Zemmour et Hapsatou Sy récemment) régissent la chronique pratiquement tous les jours, on a beau rabacher notre apartenance à ce pays, personne ne daigne nous croire. Il faut se justifier, prouver en abandonnant tous ce qui nous rattache à ce que nous sommes, et même après tout ça, on reste le "bon arabe". Alors non, je ne préfère pas me définir plus que ça en tant que "française", bien que je suis consciente d'en avoir parfaitement le droit. Je pense que cela changera le jour où la France se résignera à intégrer correctement tous ces citoyens comme il se doit, en ne leur fermant pas les portes d'un emploi, d'un logement, d'une école, ou autre, juste en rapport à une appartenance autre qu'à la "nation" française. Bien évidemment, ceci est mon point de vue personnel, il n'engage que moi, et je suis au contraire plutôt triste de remarquer qu'après le sondage éffectué sur mes réseaux sociaux, beaucoup partagent ce point de vue.

Quoiqu'il en soit, cette question qui sera toujours une question d'actualité (et une source de conflits par la même occasion) est vraiment intéressante à étudier. J'invite tous ceux que ça pourrait intéresser à lire le livre, qui est vraiment enrichissant. C'est d'ailleurs pour ça que je ne vous en dit pas plus dessus, afin de vous permettre de découvrir par vous même l'argumentation et la réflexion d'Amin Maalouf à travers plusieurs exemples.

voilée femme france

Et vous, l'identité, vous en pensez quoi ? Comment vous définiriez vous en premier ? N'hésitez pas à vous inscrire sur le blog (plus haut) pour laisser votre avis en commentaire !

Khaled a publié : le 17/10/2018 à 04:05

Pourquoi ça t'attriste de découvrir que beaucoup de gens partagent ton point de vue ?! La France se targue d'être LE PAYS des Droits de l'Homme, la gardienne de la laïcité, le plus ancien pays cosmopolite de l'Europe...Alors elle doit assumer la responsabilité de ses composantes ethniques et culturelles sinon si elle veut prendre zemmour comme prophète et ses consorts comme apôtres, elle n'a qu'à réviser ses lois, reconsidérer ses principes de liberté et de laïcité et les adapter à l'idéologie raciste, xénophobe et surtout islamophobe de cette énergumène dont le vrai souci n'est nullement la France et son avenir.Enfin c'est un autre sujet.. Ça peut paraître un peu simpliste comme approche mais je crois que c'est ça le vif du sujet, tout le reste n'est que littérature et faux débats. Je développerai peut-être mon point de vue une autre fois.

Inscris-toi pour ajouter un commentaire !

Partager


Tweet